Qualité de l'air dans un cabinet médical

< Retour
cabinet-medical

La qualité de l’air au sein des cabinets médicaux est un paramètre majeur.

Il s’agit de protéger les médecins, de préserver les patients et offrir de bonnes conditions de travail, un confort de vie professionnelle pour l’ensemble du personnel.

Quelles sont Les 4 origines d’une qualité de l’air intérieur dégradée :

1) La contamination microbiologique

Dans les salles d’attente ou dans les cabinets d’auscultation l’espace est confiné

Les personnes présentes, principalement les patients sont souvent affaiblis et même immunodéprimés.

Le risque d’infections nosocomiales par contamination croisée est naturellement plus élevé dans ces espaces.

Néanmoins, le risque principal est bien dans une salle d’attente ou les personnes passent le plus de temps et les patients se contaminent entre eux. 

Ce risque est confirmé comme étant plus élevé pendant l'attente que lors du face à face entre le médecin et son patient.

2) L'exposition chimique

L’utilisation de médicaments, d’antiseptiques et désinfectants est un risque de santé non seulement pour les patients mais surtout pour le personnel présent, médecins, infirmières, assistantes médicales.

Ces désinfectants et produits de nettoyage sont producteurs de composés organiques volatils (COV) comme le formaldéhyde, le xylène et le méthanol...

3) La pollution extérieure qui se confine

La pollution extérieure pénètre dans les cabinets médicaux, les salles de soins et se confine, se concentre. Elle peut être de deux types :

- La pollution industrielle

L’activité humaine est à l’origine de ces polluants, ce sont des particules fines de type PM 2.5, PM 10.

Ce sont aussi des gaz de type dioxyde d’azote (NO2) venant de la circulation automobile et de l’industrie au sens large, du gaz carbonique (CO2).

De très nombreux composés organiques volatils (COV) dont l’origine est anthropique et dont les plus connus sont le formaldéhyde, le benzène, les éthers de glycols, sont cancérogènes.

- La pollution biologique

Les particules fines qui ont pour origines les sables portés par les vents.

Les pollens, sur des périodes de plus en plus longues même s'il y a bien des pics d’activité notables par types de pollens.

Les allergènes en provenance de nos animaux de compagnie.

4) La pollution olfactive

Ce sont les odeurs liées aux malades, aux produits de traitement et à la multiplicité des personnes présentes dans un même lieu.

Elles font peur, impactent l’humeur de tous et le moral de chacun.

Elles sont clairement une nuisance pour tous.

La meilleure façon d’éviter la propagation des infections est naturellement de se laver les mains.

Les gels à base d’alcool ou solutions hydroalcooliques sont des produits parfaits pour cela.

Le lavage des mains avec de l’eau et du savon est très bien si le processus est bien mené jusqu'au séchage complet des deux mains.

De plus en plus de cabinets médicaux s'équipent de purificateurs d'air intérieur.

Grâce à la qualité de filtration HEPA et charbon actif, cela leur permet de réduire les risques de transmissions de maladies et d'absorber et détruire les composés organiques volatils, les odeurs.

Les filtres HEPA 13 de notre gamme de purificateurs d'air filtrent et retiennent les particules fines PM 2.5 avec une efficacité de 99,95%.

C'est une filtration si fine qu'elle retient les bactéries et même certains virus.

Les filtres à charbon actif, grâce à la quantité de charbon qu'ils contiennent, absorbent les gaz nocifs pour la santé, et une partie des odeurs.